• 01 40 72 80 91
  • team@corpogames.com
  • Lun - Vendredi: 9:00 - 18:30
  • 49, rue de Ponthieu - 75008 Paris

Coupe du Monde féminine de football et parité homme/femme en entreprise : le duo gagnant avec Corporico

L’année 2018 aura floqué une seconde étoile sur le maillot bleu de notre équipe de football masculine. Mais il n’y pas que notre DD national qui aura fédéré tout son staff et son équipe pour atteindre l’Olympe du monde footballistique, puisque c’est aussi 400 000 collaborateurs qui ont été fédérés en France grâce à cette compétition et à Corporico, l’animation de pronostics en ligne entre collègues que plus de 400 entreprises ont déployé en interne. Quant à cette année, notre équipe féminine aura à cœur d’imiter celle de Didier Deschamps au mois de juin prochain pour décrocher son premier titre international, qui plus est à la maison. Mais en cas de succès, l’engouement sera-t-il le même que le 15 Juillet dernier ? Bien que le capital sympathie et la notoriété soient disproportionnées entre les deux équipes, le football féminin a néanmoins ses arguments et sa côte de popularité n’a jamais été aussi haute.

« On a pas le même sexe, mais on a la même passion »

Depuis sa première édition en 1991 remportée par la Chine, la Coupe du Monde féminine de football n’aura jamais connu tel engouement que pour cette 8ème édition. Comment le savoir ? Car il est un indicateur de notoriété d’un sport indéniable : sa couverture médiatique.

Alors que W9 et Eurosport se partageaient les droits de diffusion pour la Coupe du Monde féminine de footballl de 2015, le gâteau de cette année est coupé entre TF1 et Canal+, respectivement 25 matchs de la compétition, dont ceux des Bleues pour la première chaîne tandis que la chaîne câblée a acquis les droits pour la totalité de la compétition. Durant cette dernière épopée, les Bleues s’étaient inclinées face à l’Allemagne en quart de finale devant … 4,4 millions de téléspectateurs, soit 25 % PDM en ce 26 Juin 2015. Un record pour W9.

Ce soir-là, le football féminin a clairement pris un tournant, un virage vers la popularité et la démocratisation. Il y a eu un avant et après Coupe du monde féminine de 2015. Il suffit juste d’allumer sa console dernière génération, d’y mettre Fifa 19 et de sélectionner une équipe féminine pour comprendre que l’année 2019 est celle du football féminin. Alors, à l’aube de cette compétition majeure, cette Coupe du Monde féminine de football se présente sous les meilleurs auspices et il est fort à parier que les français.es sont prêt.es à porter haut et fort les couleurs de leur équipe, dans la rue, dans les bars … et au bureau ! Amener la convivialité du sport au bureau, c’est la mission de Corporico.

Pronostiquer pour mieux fédérer

L’universalité du sport et notamment du football est indéniable. Il a ce pouvoir de rapprocher les gens, peu importe leur milieu social. Tout le monde se retrouve dès lors sur le même pied d’égalité, les yeux rivés sur l’écran, avec comme point commun l’amour du jeu et du maillot. Souviens-toi l’été dernier, comme les rues françaises étaient emplies de joie, de fête et de bonheur.
Il en est de même au bureau. Les pronostics sportifs sont une nouvelle façon de faire du team- building en entreprise. Qui n’a jamais rêvé de taquiner son boss, dans une ambiance joviale, parce qu’un but à la 91ème minute aura validé son pronostic ? Avec cet événement sportif, c’est l’occasion rêvée.

Corporico, c’est l’avantage de créer un lien fort en interne, de (re)découvrir certains de vos collaborateurs sous l’euphorie sportive. Le pronostic apporte un jeu bon enfant au bureau qui décontracte l’ensemble de vos équipes, unifie les membres de votre entreprise, qu’ils soient situés dans services et des villes différentes, pour participer à un team-building d’entreprise rythmé par les coups de sifflets, les bruits de filets et les cris de victoire.

Par ailleurs, parité homme/femme en entreprise oblige, c’est l’heure pour la gent féminine de prouver la qualité et la justesse de leur pronostics pour faire taire les footix de la compta. Parité homme/femme en entreprise oblige, ce sera l’heure de scander durant les pauses les noms de Wendie Renard ou Gaëtane Thiney, au détriment de ceux de Benjamin Pavard ou de Killian Mbappé. Pas de doute donc, cette année, le titre de meilleur pronostiqueur de la boite sera pour une pronostiqueuse.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur linkedin
Partager sur Linkedin
Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur email
Partager par e-mail

LAISSEZ UN COMMENTAIRE